Fleur gauche
Fleur droite
haut article
Vous êtes ici : Accueil du site > Thématiques > Politique touristique > La rivière Aveyron : un cours d’eau pour plusieurs usages

 

La rivière Aveyron : un cours d’eau pour plusieurs usages

Quel avenir pour les activités nautiques non motorisées, notamment le canoë kayak, sur la rivière Aveyron ?

mercredi 31 août 2011, par Corinne Trevisan

En Midi-Quercy, la rivière Aveyron constitue un vecteur identitaire fort. Elle représente une ossature majeure au développement touristique du territoire : elle est un terrain de pratique des loisirs nautiques non motorisées pour les populations urbaines de Montauban et de Toulouse mais aussi pour les clientèles en séjour, qui génèrent des retombées économiques nombreuses (hébergement, restauration, services marchands…) ; elle véhicule une image et des valeurs fortes, relayées dans les différents supports de communication des acteurs privés et institutionnels du tourisme.

Elle apporte aussi un cadre de vie pour les habitants permanents (dont les nouveaux arrivants, en augmentation sur certaines parties du Pays Midi-Quercy) et secondaires qui utilisent les mêmes espaces que les pratiquants des loisirs sportifs nautiques, à des fins récréatives ou contemplatives. Enfin, d’autres usages économiques en sont faits : l’hydroélectricité, l’agriculture.

Parallèlement, la rivière et ses abords constituent un espace environnemental fragile, reconnu à travers diverses mesures de classement et de préservation (Natura 2000, Arrêté de protection de Biotope, ZNIEFF, Espace naturel sensible, Sites inscrits) et présente un intérêt historique et patrimonial certain à travers ses nombreux vestiges du passé, édifices (abbaye, château et église) et types d’implantation urbaine (en éperon, crête, proximité de l’eau…).

Ainsi, de multiples usages co-existent sur le cours d’eau.

Suite à diverses démarches de concertation engagées par le Centre Permanent d’Initiative pour l’Environnement Midi-Quercy pour le compte du Syndicat Mixte du pays Midi-Quercy dans le cadre de l’animation du document d’objectifs du site Natura 2000 « Gorges de l’Aveyron, causses proches et vallée de la Vère » en vue de l’élaboration d’une charte de bonnes pratiques avec les acteurs du tourisme pour la préservation de ce site, un consensus s’est dégagé autour d’objectifs et d’engagements communs, qui ont abouti à l’élaboration de cette charte et au démarrage de sa mise en œuvre (68 structures signataires).

Toutefois, la concertation engagée a également permis d’identifier plusieurs difficultés, certainement non exhaustives, liées au développement des activités nautiques non motorisées, confirmées par des événements récents. Il s’agit de difficultés liées aux :
- Conflits d’usage le long du parcours (riverains, autres pratiquants d’activités de loisirs, agriculteurs, propriétaires)
- Impacts environnementaux,
- Respect de la propriété privée
- Gestion des flux non maîtrisée : sites de débarquement mal organisés pour accueillir des flux si nombreux, cheminement dangereux
- Services associés à la pratique peu développés et activité limitée à la très haute saison
- Problèmes liés aux étiages des eaux en saison impactant directement la pratique
- Capacité d’adaptation des collectivités aux obligations règlementaires notamment sur les questions de santé, d’hygiène (activité baignade notamment).

Si de nombreuses actions ont été mises en œuvre ces dernières années pour concourir au développement et à l’encadrement de la randonnée nautique non motorisée, si l’élaboration de la charte de bonnes pratiques avec les acteurs du tourisme a permis d’initier une première démarche de concertation sur le territoire, il n’en demeure pas moins que la double question du développement maîtrisé de ces activités et de leur pérennisation reste au centre des préoccupations de nombreux acteurs.

Ainsi, les élus souhaitent engager une réflexion globale pour :

- Pérenniser cette activité touristique et ses divers supports (espaces, sites et itinéraires - structures), facteur de développement économique direct et indirect pour la vallée.
- Diversifier l’offre touristique en l’axant sur le thème de l’écotourisme, sur une période plus longue et durant la moyenne saison.
- Développer la pratique scolaire et sportive.
- Réduire les conflits d’usages, mieux partager les espaces et contribuer au maintien de la qualité de vie des habitants.
- Valoriser à travers cette activité les ressources naturelles notamment les habitats et espèces des différents sites Natura 2000 en présence et contribuer à leur préservation.
- Structurer l’activité de randonnée nautique touristique sur l’ensemble du linéaire (tourisme d’itinérance)
- Adapter l’activité aux enjeux de l’étiage en lien avec les changements climatiques et tenter d’adapter au mieux les lâchures aux besoins de l’activité nautique.

Pour ce faire, le Syndicat Mixte a décidé de s’entourer des compétences du cabinet JED spécialisé dans les problématiques de développement des activités de pleine nature, pour élaborer, d’ici le mois d’avril 2012 un schéma de développement durable des activités nautiques non motorisées sur la rivière Aveyron.

Crédit Photo : Christophe Pélaprat - Biljara

Ce travail, engagé depuis le 1er août 2011, dont la méthode vous est précisée dans le fichier joint, permettra en outre de disposer de chiffres précis liés :
- aux fréquentations touristiques,
- aux impacts économiques directs et indirects des activités ,
- de détenir des données objectives permettant de juger le véritable impact environnemental des activités nautiques,
- de recueillir les avis et volontés des acteurs sur la question du développement des activités nautiques (environnementaux, économistes, structures publiques, riverains organisés, professionnels du tourisme…),
- d’identifier la qualité et l’adaptation des espaces, sites et itinéraires traditionnellement utilisés pour ces pratiques (…).

Nous pourrons ainsi fonder la stratégie de développement de ces activités pour demain sur une vision objective, globale et partagée.

PDF - 163.2 ko
Synthèse de la méthodo du cabinet d’étude JED

Un premier comité de pilotage est organisé le 19 septembre 2011 à la mairie de Nègrepelisse. Il permettra de présenter la méthodologie et les premiers résultats de la phase d’enquête et d’étude réalisées durant la saison estivale.

Cette étude bénéficie des financements de l’Europe à travers le programme leader Midi-Quercy (l’Europe s’engage en Midi-Pyrénées à travers le FEADER), de l’Etat à travers le Fonds National d’Aide au Développement des Territoires, de la région Midi-Pyrénées et du département de Tarn-et-Garonne.

Pour plus de renseignements sur le projet, veuillez contacter Marianne BUSSER, chargée de mission tourisme durable / tél : 05.63.24.60.64 – marianne.busser@info82.com

 

 

bas haut article
bas