Fleur gauche
Fleur droite
haut article
Vous êtes ici : Accueil du site > Thématiques > Patrimoine > Côté patrimoine

 

Côté patrimoine

Nègrepelisse : la croix du cimetière.

jeudi 2 juin 2005, par Stadnicki Carole MDP

L’inventaire du patrimoine bâti du Pays Midi-Quercy a débuté par la commune de Nègrepelisse. Au fur et à mesure de l’avancement des recherches, l’équipe de la Maison du patrimoine présentera régulièrement les éléments du patrimoine qui auront retenu son attention.

Nous avons souhaité inaugurer cette rubrique par un élément du patrimoine souvent oublié mais fréquemment repéré à la croisée des chemins, sur une place publique, au bord des fossés ou encore au centre d’un cimetière : la croix.

Nommées croix monumentales lorsqu’elles forment un monument, croix de chemin, lorsqu’elles sont érigées en bordure de voie et calvaires lorsqu’elles sont accompagnées de personnages et d’un décor évoquant la Crucifixion, les croix ont des styles et des dimensions variables selon les époques.

Celle que nous avons choisie ici est plutôt de grandes dimensions. Il s’agit de la croix du cimetière, route de Bioule, à Nègrepelisse.

Cette croix monumentale érigée au centre du cimetière est constituée d’un socle en pierre de taille de calcaire et d’une croix en fer forgé. Sur son socle, en calcaire de Septfonds, elle porte la date MDCCCLXXVIII (1878), des inscriptions en latin et les noms de prêtres décédés en 1834, 1870 et 1943. Scellée dans le socle, la croix est fixée à la base par trois grandes volutes. Ce motif ornemental en courbes et contre-courbes est répété en plus petites dimensions à l’intérieur des deux bras de la croix. Au centre de ces derniers, figure un coeur cerclé d’une couronne d’épines. L’emplacement central et les symboles choisis évoquent le Christ crucifié. On retrouve également le motif du coeur, non accompagné de la couronne, aux trois extrémités des bras.

Ce type de croix est fréquent sur le territoire mais celle-ci a particulièrement attiré notre attention suite à une recherche effectuée aux Archives départementales à Montauban. En effet un devis daté de 1818, accompagné de plans et élévations, présente une croix curieusement similaire mais destinée à la place royale de Nègrepelisse. La croix a-t-elle donc été déplacée à posteriori dans le cimetière et assignée d’une nouvelle date ? Ou a-t-elle été, en définitive, construite soixante ans après ce devis pourtant approuvé par le préfet en 1819 ?

 

 

bas haut article
bas